Jardin d’aisance

Lausanne Jardins 24

"Lausanne Jardins est un événement culturel associant architecture du paysage et réflexion sur la ville. Le temps d’un été, la manifestation propose une série de jardins éphémères disséminés sur le territoire lausannois"
L’équipe de Lausanne Jardins 2024

Equipe : Eyab + Aneco + Jardin-forêt + TRIBU

Préserver l’eau
C’est lorsque l’eau tend à manquer, au gré des saisons et des sécheresses, que nous prenons conscience de sa valeur. Pourtant, nous en salissons en gaspillons 45 litres par jour et par personne, seulement pour chasser nos excréments. Pour symboliser l’urgente nécessité d’économie d’eau et de tuyaux qui permettent de l’acheminer des toilettes aux stations d’épuration, le Jardin d’aisance propose une alternative où l’urine ne salit plus l’eau potable et devient une ressource pour le paysage.

Fertiliser par l'urine
En valorisant ce gisement inépuisable qu’est l’urine, le Jardin d’aisance redynamise et fertilise un sol actuellement pauvre. De plus, l’urine contient deux éléments précieux à la croissance des plantes : le phosphore, dont les réserves mondiales s’amenuisent ; et l’azote, qui est très polluant lorsqu’il est produit chimiquement. La quantité et la fréquence de distribution d’urine dans le Jardin d’aisance seront contrôlées afin d’éviter un surplus d’urine qui pourrait nuire aux plantes et au milieu.

Récolter l'or jaune
Récupérée dans des lieux de collecte (partenaires volontaires), l’urine sera acheminée sur place une fois par semaine. L’urine ne pouvant être utilisée pure, un processus low-tech de filtres contenant un écosystème microbien permet de stabiliser l’urée et de créer un engrais complet et inodore surnommé pitribon. Seuls 15 litres d’urine permet de produire le pitribon nécessaire à l’arrosage du Jardin d’aisance par semaine.

Un pavillon végétal
Le Jardin d’aisance s’inscrit dans un carré de 11 mètres de côté, la réplique de l’édicule voisin dans lequel sont situées les toilettes publiques du Parc du Bourget. Cette dualité bâtie et végétale vise à souligner les gestions opposées de l’urine. Comme un manifeste pour une économie de l’eau, le Jardin d’aisance s’implante sur la butte visible de la canalisation de la step, lorsque la technique soulève le sol et met en évidence l’impact de nos comportements sur le paysage.

Un jardin-forêt productif
Par la mise en place d’un écosystème multi-strates, diversifié et résilient imitant un jeune boisement naturel, le Jardin d’aisance vise à démontrer qu’il est possible de constituer des jardins-forêts en utilisant l’urine comme engrais naturel. En colonisant un espace stérile, le Jardin d’aisance pourra fournir de façon pérenne un certain nombre de productions issues de plantes comestibles, au-delà du temps court d’une manifestation

Une oasis fertile
Au milieu d’une grande pelouse vouée aux loisirs, au sol pauvre et piétiné, le Jardin d’aisance est un contrepoint, un lieu libre et vivant, une île végétale. Au début du printemps, une clôture en saule est plantée et tressée pour en définir les limites. Le sol est préparé et nourri de pitribon / urine stabilisée pour accueillir un jardin-forêt vivant composé principalement d’essences nitrophiles. Il est possible de s’y arrêter et de s’isoler de l’animation ambiante pour observer les vertus fertilisantes de cet hortus conclusus végétal.

Planches

Rapport du jury

Lausanne Jardins

Localisation
Lausanne
Maître d'ouvrage
Municipalité de Lausanne et Association Jardin Urbain (AJU)
Procédure
Procédure sélective en deux phases
Projet
2023
Réalisation
2024

Voir plus

Parc du Bourget
Agrandir

/ 7

Fermer la carte